Actualités / Projets

Céramique – Production à l’atelier de l’ESAP de Tarbes – Février 2019

Champ de bataille se compose de dizaines de petits modelages en faïence de quelques centimètres seulement représentant des morceaux de corps de cheval, de corps d’humain ou un mélange des deux. Ces figurines seront émaillées, colorées et exposées au sol, nous évoquant alors deux territoires bien différents : une chambre d’enfant mal rangée où les jouets jonchent le sol, et un champ de bataille, sorte de diorama où la scène de guerre, colorée et brillante, miniaturisée, invite au maniement et à la mise en scène, comme pour rejouer la bataille.


 Epiphanie joue sur les mots et les formes. C’est une pièce constituée d’une multitude de petits sabots modelés en faïence, bientôt peints et émaillés, évoquant par leur format et le titre la fève d’une galette des rois. Epiphanie signifiant révélation, ces pieds de chevaux jouent d’une ambiguïté rapportée par Didi-Huberman dans son livre La ressemblance par contact quand il raconte que des préhistoriens ne savaient traduire un certain symbole sur une paroi rupestre : un triangle fendu qui paraissait être à la fois un symbole du sexe féminin, mais aussi le dessin d’une empreinte de pas d’équidé. Epiphanie nous révèle alors, jouant de cette ambivalence, ce qui se trouve sous le sabot d’un cheval, à moins que cela ne se trouve sous la jupe des filles ?

 

 


                    

Publicités